Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Malte: trois îles à découvrir

Trois îles à découvrir

A deux heures d'avion à peine de la Suisse, Malte et les deux îles voisines de Gozo et Comino déploient tous leurs atours pour séduire le curieux.

 

Trois jours à Malte, et l'on connaît toutes les routes reliant la capitale, La Valette, à Marsaxlokk, pittoresque petit port de pêche, aux falaises de Dingli ou au port de Cirkewwa. Le réseau d'autobus et la simplicité de la géographie de l'île facilitent grandement la tâche du touriste.

Ici, l'atmosphère est paisible et déteint rapidement sur le visiteur. Une envie irrésistible vous prend de vous installer à la terrasse du premier café venu, dans une ambiance vénitienne, pour siroter un espresso parfumé tout en dégustant un onctueux gâteau au miel.

L'envie aussi d'observer les mouvements de foule qui animent Republic Street, la rue commerçante la plus belle et la plus fréquentée de La Valette. Des sons à consonances exotiques alertent nos oreilles. La langue maltaise, aux intonations chaudes, mélange d'arabe et d'italien avec quelques mots d'anglais, est absolument imperméable pour les étrangers. C'est ce qui rend Malte, sous domination britannique de 1800 à 1964, mais libérée de la tutelle anglaise en 1979 seulement, particulièrement intéressante pour les linguistes. Pour les autres, heureusement, l'anglais suffit.

Vestiges de l'histoire

La Valette regorge de vestiges prouvant à l'envi l'intérêt stratégique que Malte a longtemps représenté. Les forteresses érigées par les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem sont si impressionnantes que l'on imagine sans peine combien les Turcs ont dû s'y casser les dents.

Le circuit dans le port traverse la Cottonera, le long de laquelle sont amarrés d'immenses paquebots, d'élégants yachts, de grands bâtiments commerciaux ou militaires. A l'arrière-plan dominent remparts, tours de guet et palais, mais aussi le lazaret, les silos à céréales et plusieurs cathédrales.

Festi et bannières

Cathédrales, basiliques et églises font partie intégrante de Malte la catholique et des deux îlots de Gozo et Comino. A notre arrivée déjà, on nous a expliqué que trois choses comptent pour les Maltais - la fête, les bannières et les feux d'artifice - et que le dimanche suivant, une festa aurait lieu à Birkirkara pour la Sainte-Hélène.

Une foule indescriptible a envahi la rue principale qui mène à l'église. Tous les gens ont revêtu leurs habits de fête. Les forces de l'ordre ont beaucoup de peine à contenir le public afin d'éviter que la sainte, précédée d'une avant-garde formée de petites filles en robes blanches, ne chute de son socle porté par dix hommes forts.

De longues bannières, dont certaines ont bien huit mètres de haut, rehaussées de précieux ornements - la grande passion des Maltais - décorent les rues. Entre les maisons, dont les façades sont revêtues de drapeaux et de panneaux de bois peints, des guirlandes et des statues d'angelots ont envahi la rue.

La fanfare locale aux uniformes très chics a pris place sur le podium pour mettre de l'ambiance. Pendant que résonnent les coups de mortier, la statue de sainte Hélène fait son entrée dans l'église noyée sous les fleurs pour la grand-messe.

sunrise-2160781__340.jpg

Une église par jour

Le lendemain, nous partons à la découverte des îles. Nous sommes ébahis par la vision du sol de la cathédrale Saint-Jean - son nom exact est St. John's Co-Cathedral - de La Valette. 375 pierres tombales de marbre polychrome forment une véritable galerie d'uvres d'art. Par la suite, nous visitons encore quelques autres édifices religieux. Il faut dire que les Maltais disposent de trois cent soixante-cinq lieux de culte, un pour chaque jour de l'année.

La coupole de l'église St. Mary à Mosta est aussi impressionnante. Elle passe pour être la troisième d'Europe par la taille, après celles de la basilique Saint-Pierre de Rome et de la cathédrale Saint-Paul de Londres. Mais Mosta peut aussi se targuer d'avoir vécu un miracle: en 1942, une bombe allemande traversa la voûte sans exploser, ce qui épargna la vie des trois cents fidèles qui assistaient à un office religieux.

Plus tard, nous arrivons à Mdina, ville de conte de fées et vrai décor de cinéma. Elle relate quatre millénaires d'histoire. De par leur surélévation, les remparts de la ville et le Fontanella Tea Garden offrent une vue extraordinaire sur le pays.

Les commentaires sont fermés.